Achat immédiat or sur Ebay

20F or se terminant sur Ebay

Bonnes affaires eBay - O.Crottaz - Le blog à Lupus - Tradosaure - Argentum Aurum - Calculatrice Or & Argent
Achat immédiat argent sur Ebay

Lots argent se terminant sur Ebay
Nous sommes actuellement le 24 Nov 2020 14:45

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 499 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38 ... 50  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Re: LEONARD SARTONI *2013*
MessagePublié: 24 Juin 2013 11:44 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 12 Jan 2010 18:18
Messages: 6089
Localisation: Poitou
zaatar a écrit:
j'ai du mal a comprendre le pourquoi du faire baisser le prix de l'or alors que si elle veut en acheter, la fed n'a qu'a imprimer, quel que soit le prix...... ce n'est pas tres pertinent comme argument...


Parce que l'impression monétaire a un coût économique, quoi qu'on en dise, on le voit sur les taux longs. Et qu'il faut, pour acheter du physique rapidement, décourager les détenteurs de physique. Sur un rally haussier perpetuel, la FED serait en concurrence avec des millions d'investisseurs pressés aussi d'investir sur du gold.
Dans un rally bear, complètement massacré, elle est sûre d'être tranquille et de ramasser ce que plus personne ne veut**, dégoûté et rincé par la chute des cours. En plus, dans un rallye bear, les ETF et les minières, gros détenteurs de physique, existant ou en devenir, doivent lâcher du lest pour leurs BFR.

**Enfin, c'est ce qu'elle croit, car je ne sais pas si elle récupère tout le physique qu'elle veut : 1, tout le monde (surtout en Asie, et les autres BC des pays émergents) fait ses courses sur le physique à bon prix, et 2 il a déjà été pas mal siphonné par la Chine.

En outre, ses achats massifs ne servent pas pour le moment à accumuler de nouvelles réserves, mais à fournir les BC et les zinzin qui avaient déposé, par excès de confiance, leur réserve d'or chez elle, et qui demandent le rapatriement...

_________________
Moi aussi j'ai une grosse brute! http://eltrovar.labrute.fr

«La chose affirmée arrive, par la répétition, à s'établir dans les esprits au point qu'ils finissent par l'accepter comme une vérité démontrée. » Gustave Le Bon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: LEONARD SARTONI *2013*
MessagePublié: 24 Juin 2013 13:21 
Hors-ligne

Inscrit le: 24 Sep 2011 14:06
Messages: 6
Merci beaucoup à Léonard et à Platinium pour cette mise à jour. C'est toujours agréable de vous lire. (Votre recommandation sur le pop-corn est-elle une invitation à acheter des actions d'usines à pop-corn ? :mrgreen:)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: LEONARD SARTONI *2013*
MessagePublié: 24 Juin 2013 14:48 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 03 Mai 2010 13:15
Messages: 4992
Localisation: Pas loin
...

_________________
Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: LEONARD SARTONI *2013*
MessagePublié: 24 Juin 2013 15:25 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 12 Jan 2010 18:18
Messages: 6089
Localisation: Poitou
Bé Habba a écrit:
Je dois avouer que je reste dubitatif sur les explications avancées. L'hypothèse de la FED qui recharge en physique me semble un peu hardie.

Certes, les "commercials", donc les grandes banques, diminuent leur position net short. Avant d'être convaincu que ça sert à acheter du physique et à le livrer à la FED, je trouve qu'il manque quelques étapes dans le raisonnement... et quelques hard facts pour appuyer ces étapes.


Les hard facts actuellement, ce sont les BC qui demandent le rapatriement de leurs réserves physiques : Plusieurs centaines de tonnes à fournir dans un délai plus ou moins long.
Soit la Fed dispose et donc elle fournit rubis sur ongle, soit elle ne dispose pas et doit se fournir préalablement.
Et plutôt que plus tard, quel que soit l'échéancier puisque les soldes sont là...

_________________
Moi aussi j'ai une grosse brute! http://eltrovar.labrute.fr

«La chose affirmée arrive, par la répétition, à s'établir dans les esprits au point qu'ils finissent par l'accepter comme une vérité démontrée. » Gustave Le Bon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: LEONARD SARTONI *2013*
MessagePublié: 24 Juin 2013 17:02 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 31 Juil 2012 20:20
Messages: 712
Bé Habba a écrit:
Je dois avouer que je reste dubitatif sur les explications avancées. L'hypothèse de la FED qui recharge en physique me semble un peu hardie.

Certes, les "commercials", donc les grandes banques, diminuent leur position net short. Avant d'être convaincu que ça sert à acheter du physique et à le livrer à la FED, je trouve qu'il manque quelques étapes dans le raisonnement... et quelques hard facts pour appuyer ces étapes.

Plutôt d'accord avec toi.... il faut voir plus loin que la FED, l'or finira par rentrer au bercail, et je regarde plus du côté des minières....


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: LEONARD SARTONI *2013*
MessagePublié: 24 Juin 2013 21:01 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Mai 2010 20:13
Messages: 787
Un grand merci pour ces éléments Léonard et Platinium.
Je voudrais proposer l'élément suivant dans la réflexion : l'impact que le prix actuel de l'or peut avoir sur les minières, donc sur la production d'or répondant à la demande.

Dans certaines études ou déclarations de grands patrons du secteur, le coût global d'extraction (comprenant les coûts d'exploitation, de recherche et développement, les taxes, etc) est estimé entre 1450 et 1650 dollars l'once. Source : http://www.prim-finance.com/actualites- ... -346-.html

Le seuil de rentabilité peut descendre jusque 1300 dollars selon les sources : http://traderdannorcini.blogspot.fr/201 ... chart.html

Descendre en-dessous de ces seuils de rentabilité peut engendrer des fermetures, des arrêts de production, etc. Donc sur le moyen long terme, la production d'or peut être ainsi affectée et la demande ne serait plus rencontrée ce qui peut amener le prix de l'once à remonter.
Voit-on déjà des signes de ce type dans les annonces de certaines petites mines plus fragiles ?

Oui.

Exemple de 5 mines au Québec : http://www.lesaffaires.com/archives/gen ... ciT7Jx1PAt

Exemple récent de la suspension de la production de Golden Minerals au Mexique dans leur annonce du 21 juin : http://goldenminerals.com/press.php

_________________
Eendracht maakt Macht. L'Union fait la Force. (Devise de la Belgique)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: LEONARD SARTONI *2013*
MessagePublié: 24 Juin 2013 21:28 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 21 Oct 2008 12:26
Messages: 2993
Bolby a écrit:
Descendre en-dessous de ces seuils de rentabilité peut engendrer des fermetures, des arrêts de production, etc. Donc sur le moyen long terme, la production d'or peut être ainsi affectée et la demande ne serait plus rencontrée ce qui peut amener le prix de l'once à remonter.


Oui, Bolby, c'est exactement la réflexion que je me faisais . D'où l'importance de bien choisir des mines qui peuvent résister (AUMN ne peut pas encaisser un silver sous 30$!) .
Donc pour le moment, ne pas se précipiter sur les mines avant que les cours de l'or et argent ne remontent vraiment me semble la solution indiquée, mais y aller dès que ce sera le moment pour profiter de l'effet levier.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: LEONARD SARTONI *2013*
MessagePublié: 24 Juin 2013 22:55 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Mai 2010 20:13
Messages: 787
Entièrement d'accord karagold.

_________________
Eendracht maakt Macht. L'Union fait la Force. (Devise de la Belgique)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: LEONARD SARTONI *2013*
MessagePublié: 01 Juil 2013 11:30 
Hors-ligne

Inscrit le: 18 Oct 2008 17:55
Messages: 3632
Intervention très structurée de Léonard SARTONI
Du recul par rapport à tout ce qu'on peut entendre sur le web...
Longue... très longue réflexion !
Des vitamines pour le futur!

Lundi 1er juillet 2013
__________

En ces temps difficiles pour les investisseurs de long terme sur le marché de l’or, j’aimerais faire le point sur le marché de l’or, comme je l’ai fait à chaque secousse importante sur ce marché depuis 2005, lorsque je participais à des forums sur le net. Je ne peux pas prédire le creux final de ce retournement de marché, mais j’arrive en revanche très bien à sentir le désespoir et le doute qui assaillent tous ceux qui ont décidé d’investir sur l’or au cours de ces dernières années.

Ceux qui disent que l’or était dans une bulle ne savent probablement pas que la part de l’or au sein des actifs financiers mondiaux (hors produits dérivés) était de 2,77% en 1980 contre seulement 0,5% aujourd’hui. Ils ne savent pas non plus qu’à $1900 les sociétés minières avaient une marge de profits normale, sans qu’on puisse les qualifier d’excessifs, loin de là ! Il n’y a pas que le prix de l’or qui a augmenté depuis 2001, il y a aussi le prix du pétrole, des matériaux de construction, de l’électricité, des salaires, etc. Une comparaison du prix de l’or avec la base monétaire ou encore avec un indice obligataire nous convaincra définitivement que l’or n’est pas encore entré dans une phase de bulle ! Ces graphiques se trouvent en pages 45 et 46 de l’étude de Incrementum AG « In Gold We Trust » 2013 qui vient de paraître, et que je vais utiliser tout au long de cette discussion.

Incrementum AG « In Gold We Trust » 2013 http://static.safehaven.com/pdfs/stofer ... _06_27.pdf

Les économistes qui jettent des pierres sur l’or ces jours croient fermement dans la préservation du système monétaire sous sa forme actuelle, c’est un postulat clair dans leur tête. De fait, ils n’accordent à l’or qu’un regard agacé, car l’or est le grand juge de cette expérience monétaire débutée en 1971. Dès que le prix entre dans une phase corrective, ils crient tout de suite à la bulle qui se dégonfle.

Le graphique page 35 de l’étude qui montre l’augmentation du PIB en dollars pour chaque dollar de dette créée résume à lui seul où nous avons abouti avec le présent système monétaire basé sur de la monnaie fiduciaire : de 1947 à 1952, chaque dollar de dette rapportait $4,61 de PIB supplémentaire. Entre 1963 et 1984, on arrivait encore à $0,63 de PIB supplémentaire. Mais de 2001 à 2012, date de l’entrée dans l’hiver de Kondratieff (la période corrective des excès du grand cycle précédent), on n’arrive plus qu’à $0,08 de PIB supplémentaire ! Le malade demande de plus en plus de dette et de shoot monétaires pour rester en vie… et on lui en redonnera… jusqu’à la perte totale de confiance dans le système et une crise monétaire généralisée. C’est là qu’on aura besoin de l’or comme extincteur de la dette et pour restaurer la confiance dans le système, et c’est la raison pour laquelle les banques centrales occidentales ne vont pas s’en défaire.

Jim Rogers donne un bon conseil : n’écoutez pas les autres. Les autres vous expliquent pourquoi l’or va continuer à chuter depuis les $1200. Si l’or chute pareillement, c’est qu’il doit avoir de bonnes raisons pour le faire, disent-ils. On cherche parmi les nouvelles économiques, et on construit un scénario magique qui explique pourquoi les actions grimpent et pourquoi l’or baisse. Le marché dicte les explications aux journalistes. C’est le moyen le plus sûr de se retrouver à contre-pied du marché aux pires moments. Parce que les nouvelles c’est déjà le passé, et parce que le scénario retenu par le marché n’est pas toujours le bon.

Le marché n’est pas toujours efficient comme on l’a vu en 2000 et en 2007. Dans le creux de 2009 pour les actions, le prix Nobel Roubini annonçait une baisse supplémentaire de 30% pour les actions, et le marché a pris la direction opposée. Le marché actions était allé trop bas en minimisant les interventions des banques centrales pour imprimer de l’argent. Les déflationnistes disaient que les banques centrales ne pouvaient rien faire contre la déflation à venir et on avait retenu leur scénario. La baisse avait aussi été exagérée par la sortie forcée de beaucoup de participants du marché, stressé par le manque de liquidités. Aujourd’hui Roubini prédit un prix de l’or à $1000, tandis que je pense que le marché de l’or est allé beaucoup trop loin dans son mouvement de baisse et qu’un retournement de tendance et un mouvement explosif contre le haut est attendu d’ici cet automne.

Comme le rappelle Marc Faber, c’est une chose d’être économiste, mais l’investissement demande des qualités supplémentaires, un peu comme un ingénieur de formule 1 ne sera pas forcément un bon pilote. Ne soyez pas effrayé par les dernières prévisions funestes des économistes comme Roubini au sujet de l’or. Roubini ne connaît pas bien le marché de l’or. Ces économistes n’ont pas la même perspective détachée que nous au sujet de l’économie. Ils ont le nez sur leur guidon et sont liés au système dans lequel ils ont grandi. Suivez des gérants comme Marc Faber ou Jim Rogers qui possèdent le détachement nécessaire, une grande liberté de pensée, une capacité à se remettre en question et surtout à résister à la pression de la pensée commune. Ces gens-là se trouvent dans le feu de l’action et pilotent habilement de gros portefeuilles depuis très longtemps.

La pensée commune est comme un mantra répété et repris en chœur par tous les journaux pour donner une explication sur ce qui se passe. Le mantra du marché baissier de l’or a été répété mille fois par les journalistes et publicateurs du web depuis les trois derniers mois. Si sa vibration vous met au diapason, vous allez vous comporter en zombie et prendre les mauvaise décisions. N’écoutez pas les autres ! Rien n’évolue en ligne droite, le marché de l’or peut avoir été attaqué pour les besoins de la Fed ou d’autres banques, trop grandes pour faire faillite, qui avaient un urgent besoin en lingots physiques, mais parfois aussi il peut grimper trop vite et se surcharger en spéculateurs prêts à sortir et à prendre le pari opposé au moindre retournement de tendance.

La reprise économique aux USA est molle et n’existe que parce que Bernanke fait de la planche à billets pour soutenir le marché immobilier et acheter la dette du gouvernement. Au rythme actuel, il imprime l’équivalent de 24’000t d’or par année en dollars, soit 14% de tout l’or extrait de la terre depuis que l’homme est sur terre ! Que se passerait-il s’il arrêtait du jour au lendemain ? Les taux sur les emprunts hypothécaires grimperaient et mettraient fin à la hausse des prix de l’immobilier, sappant la confiance des ménages et poussant certains à la faillite, les taux sur la dette US grimperaient et mettraient à mal l’Etat, poussant à d’autres coupes budgétaires ou à emprunter davantage. Le dollar chuterait et le prix des matières premières en termes de dollar augmenterait, amenant une poussée d’inflation qui pourrait facilement déraper. Lorsque Bernanke menace simplement de baisser le régime de la planche à billets, les taux hypothécaires passent de 3,5% à 4,5% et les taux sur le marché obligataire grimpent. Ce simple stress du marché aux paroles de Bernanke pourrait avoir déjà produit des dégâts dans le beau scénario haussier répété depuis des mois par Wall Street.

Il faut bien comprendre pourquoi Bernanke bluffe en ce moment. La banque centrale doit garder sa crédibilité, sinon la dette américaine ne trouverait plus preneur sur le marché et les taux sur ces obligations prendraient l’ascenseur, ce qui pourrait pousser l’Etat vers la dégradation de sa note, et ensuite vers l’insolvabilité ! Bernanke connaît les risques et les faiblesse du système. Bernanke veut faire croire que l’économie US sera bientôt assez forte pour se passer de planche à billets (QE), ou du moins qu’elle ne va pas continuer indéfiniment avec ses QE. A mon avis Bernanke joue avec le feu et devra se raviser plus tard cet automne ou assister à un nouvel épisode de débâcle sur les marchés boursiers, avec des conséquences imprévisibles et un nouveau risque systémique généralisé. Plutôt que de réduire les QE, il devra les augmenter. C’est ça ou laisser se produire une déflation historique ! Il n’a plus le choix, tout comme l’Etat US n’a plus d’autre choix que de poursuivre son endettement pharaonique. Voilà où la monnaie fiduciaire nous a conduit. Vers un monde financier qui parasite l’économie réelle et vers une fuite en avant sans possibilité de retour sinon un reset total du système. Avant cela, on va bien entendu chercher à gagner du temps, à mettre le contribuable à contribution (parce que l’Etat est déjà sur la paille), en l’incluant dans les programmes de renflouages à venir ou en obligeant les fonds de pensions à acheter la dette de l’Etat, par exemple. Bienvenue dans l’ère de la répression financière !

Le scénario retenu par tous les spéculateurs qui vendent l’or à découvert depuis plusieurs mois, c’est celui de la reprise économique US, de la baisse du niveau de risque dans le système et de la poursuite d’un grand marché haussier sur les actions. La cassure des 14'000 points sur le Dow Jones, ancien sommet de 2007, est pour eux la confirmation technique de ce scénario, car désormais l’indice n’a plus aucune résistance sur sa tête. Sauf que les actions font souvent fausse route, jusqu’à le réaliser abruptement, comme en 2000 et 2007. Le cycle correctif débuté en 2000 n’est pas terminé. Un cycle correctif ne se termine que lorsque les PER des actions arrivent à des valeurs très basses, comme en 1921, 1949 et en 1982, avec des divendes beaucoup plus élevés que ceux qu’on a vu jusqu’ à présent.

Un autre argument des baissiers est que l’inflation est sous contrôle. Pourtant, ce n’est pas le moteur principal de la hausse du prix de l’or. Pas directement. L’or réagit avant tout à l’impression monétaire, et le nouvel argent peut emprunter divers chemins à travers l’économie avant de terminer dans les matières premières et au final conduire à de l’inflation visible. Actuellement, beaucoup de ce nouvel argent créé par la Fed reste bloqué dans les banques, et le flux actuel se dirige vers les actions et l’immobilier aux USA. C’est la situation idéale pour Bernanke. Mais l’argent peut vite refluer et se diriger ailleurs. Marc Faber et l’école autrichienne le disent : l’impression monétaire est très apréciée par les politiques car elle produit une bouffée d’oxygène bienvenue pour l’économie, mais conduit inévitablement à une mauvaise allocation des ressources, un accroissement du fossé entre riches et pauvres, et a des conséquences imprévisibles, comme la formation de bulles dans différentes classes d’actifs.

Probablement que même le pétrole en 2008 et l’or en 2011 ont profité de ce nouvel argent et ont attiré pour un moment trop de spéculateurs, mais leurs objectifs de long terme vont largement dépasser leurs derniers sommets, parce que l’histoire nous enseigne que de telles expériences monétaires se sont toutes soldées par une catastrophe finale, et que l’ultime bulle se fera sur l’or et les valeurs refuges. Les banques centrales seront forcées de poursuivre l’impression monétaire sous peine de voir tout le système imploser sous la montagne de dettes. C’est la raison première pour laquelle Marc Faber investit 25% de son portefeuille dans l’or physique. Il sait que les banques centrales vont devoir continuer à imprimer, et que les QE de Bernanke ne sont pas prêts de s’arrêter.

L’or réagit avant tout au degré de confiance dans le système, car si la confiance chute brutalement, les choses peuvent très vite s’envenimer. Les marchés peuvent fermer, votre argent peut être bloqué, etc. Si votre banque menace de faire faillite et que vos avoirs ne sont pas couverts par l’Etat, vous chercherez à retirer immédiatement votre argent de la banque, vous n’attendrez pas de voir la faillite annoncée dans le journal ! Vous ne ferez pas non plus la même bêtise d’attendre de voir grimper l’inflation avant d’acheter de l’or. Ceux qui disent que l’or baisse parce que l’inflation est trop basse n’ont rien compris au marché de l’or.

Lorsque les spéculateurs vont réaliser que leur scénario de reprise économique a du plomb dans l’aile, et que la Fed ne pourra pas stopper ses QE, le retour de manivelle sera violent ! On a vu que l’argent emprunté pour miser sur les actions avait atteint des sommets cette année, tellement les spéculateurs sont haussiers. Paralèllement, les paris baissiers sur le marché de l’or n’ont jamais été aussi nombreux de la part des spéculateurs. De l’autre côté du pari, se trouvent les commerciaux qui réduisent de plus en plus leur position net short pour arriver ce vendredi à …. 9% net short relativement au nombre total de contrats en circulation, un record depuis 2001, lorsque le prix de l’or ne valait que $270! L’argent intelligent ne se laisse pas effrayer par cette baisse, au contraire, il augmente tranquillement ses paris haussiers à mesure que le prix baisse. Cette situation est explosive, autant pour les marchés actions que pour l’or.

Je l’ai déjà dit, prédire le creux de ce mouvement de panique, appuyé par un groupe de banques, dépasse mes compétences. Certains analystes réputés du marché de l’or refusent d’y voir une intervention et ils l’expliquent par la purge complète des spéculateurs qui étaient haussiers et leur basculement de l’autre côté. Passer pour un conspirationniste est très mal vu, et si on gagne sa vie avec une lettre de recommandations ou si on gère des portefeuilles, on peut réfléchir à deux fois avant d’avancer cette hypothèse. De mon côté je n’ai pas cette pression et je peux dire que cette baisse historique du prix de l’or (le pire trimestre depuis 1920) est totalement disproportionnée et sans rapport avec les fondamentaux. Qu’est-ce qui pourrait la justifier ?

1) As-t-on trouvé un moyen d’extraire économiquement l’or de l’eau de la mer?
2) Est-ce qu’une Grande Déflation arrive ? Dans ce cas, que font les actions à ces hauteurs et que fait le prix du pétrole à $90 ?
3) Est-ce que des nations avec de grandes réserves d’or vont liquider des milliers de tonnes d’or dans les mois à venir pour rester solvables ? Je rappelle que les banques centrales ne peuvent pas vendre plus de 500t d’or par année, et que les banques centrales des émergents font en réalité l’inverse, elles achètent pour 500t d’or par année, donc aucun souci de ce côté-là non plus.
4) Le prix de l’or baisse-t-il parce que les problèmes de la crise financière de 2008 sont résolus et que nous avons les garanties de ne plus avoir à nous inquiéter pour l’avenir? Regardez l’Europe. Les problèmes sont-ils loin derrière ? L’emploi s’est-il amélioré ? Aux USA il est toujours très élevé, avec une population de pauvres qui a fortement augmenté depuis la crise de 2008.
5) Est-ce que l’or était dans une bulle ? Il faut réaliser que la baisse du pouvoir d’achat du dollar dure depuis 1913, date de la création de la Fed, et qu’il a perdu 98% de son pouvoir d’achat depuis. Si la hausse du cours de l’or doit être vu comme une bulle, elle date depuis 1913, s’est accélérée fortement depuis 1971, et son moteur s’appelle la Fed. Comme la Fed ne peut plus stopper l’impression monétaire sans que toute cette pyramide ne s’effondre, la « bulle sur l’or » est promise à un bel avenir !

Le prix de l’or pourrait en réalité parfaitement se situer aujourd’hui à $2000 et même à $2500, étant donné les problèmes de l’Europe, l’épisode de confiscation à Chypre, le déficit budgétaire et la dette des USA, la demande de rapatriement d’or des Allemands et les demandes qui pointent de la part d’autres pays, la nouvelle politique monétaire au Japon, les projets de renflouage des banques par bail in donc les aveus d’impuissance des Etats à gérer une seconde crise et les aveus de faiblesse du secteur bancaire, la bulle du crédit en Chine, et toujours ces courbes démographiques en Europe, aux USA et au Japon qui ne vont rien arranger aux problèmes existants. Il y a aussi cette sphère très dangereuse des produits dérivés, qui représente plusieurs fois le PIB mondial et qui montre à quel point la spéculation a pris plus d’importance que l’économie réelle. J’oublie encore tous ces scandales finanicers qui ne sont que la pointe de l’iceberg et qui vont accélérer la chute de confiance dans le système.

A ce propos, je suspecte des banques de lingots et certains ETFs sur l’or de détenir une partie de leurs avoirs en or papier. La banque ABN AMRO qui stocke de l’or pour ses clients a changé les règles du jeu il y a quelques mois et ne permet plus de retraits en or physique. Cash only. Combien de banques sont dans cette situation ? Combien de banques centrales croient posséder vraiment leur or physique ? Que reste-t-il à Fort Knox après avoir prêté autant d’or aux banques de lingots pour jouer sur le marché de l’or, manipuler les prix et s’offrir un petit business d’argent facile dans les années 90 et suivantes ? Je rappelle que durant ces années on pensait vraiment que l’or allait chuter à $100 et sortir définitivement du système bancaire ! Sont-elles parvenues à récupérer l’or physique qu’elles ont vendu dans un marché en hausse continue depuis 2001 ? Leur situation catastrophique depuis 2008 et la hausse additionnelle du prix de l’or n’appelait-il pas une opération de grande envergure sur le marché de l’or pour récupérer ces lingots et assainir ces banques « too big to fail »? Par ce que j’ai observé depuis le mois d’octobre sur les mines et le marché de l’or, par la réaction disproportionnée et parfois illogique de l’or aux grés des nouvelles du marché et parfois sans nouvelle du tout, j’ai la certitude que le marché de l’or papier a subi des attaques ponctuelles à des moments de faible liquidité, et à des points de retournement clés. Idem pour l’argent métal.

Vous arrivez à la situation loufoque d’un monde imprimant de plus en plus de papiers, et qui prennent du pouvoir d’achat en terme d’or. Il y a comme une contradiction dans la chute récente du prix de l’or. Quelque chose qui pourrait apparaître illogique même à un enfant de 10 ans, mais qui ne semble pas illogique à ceux qui se précipitent pour vendre l’or à découvert à $1200, en suivant les objectifs de prix à la baisse des grandes banques, toutes contentes de voir la confiance dans le papier restaurée pour quelques mois.

Mais on peut déjà constater qu’en dessous de $1200 beaucoup de mines ne sont plus rentables et devront fermer si le prix ne remonte pas. Les coûts opérationnels totaux étaient de $1160 en moyenne pour 2012. Le CEO de Gold Fields en Afrique du Sud, une très grande société minière aurifère, dit que le secteur a besoin d’un prix de $1500 au moins pour pouvoir survivre à long terme, en dessous, le secteur souffre, réduit ses budgets d’exploration, ferme les mines les moins rentables, réduit sa production. En prenant en compte le sentiment sur l’or qui atteint -44% sur l’indicateur de Hulbert (un record historique !), les prévisions unamimement baissières sur les perspectives de l’or comme en 2001, les positions extrêmes des commerciaux et des spéculateurs sur le COMEX, la situation catastrophique dans l’industrie minière aurifère, tout cela me conforte dans l’idée qu’on a dû toucher le creux final de ce mouvement de panique autour des $1200.

Prédire des objectifs vers les $1000 signifie prédire une chute dramatique de la production d’or dans les années à venir. On sait que certains disent que l’or ne sert à rien et que la production par les mines peut s’arrêter demain que le monde continuerait de tourner. Ce n’est pas l’avis des banques centrales qui le conservent jalousement et des banques centrales des émergents qui l’accumulent régulièrement et qui vont continuer de le faire dans les années à venir. Si on coupe la production par les mines, où ces banques centrales pourront-elles s’approvisionner ? A ceux qui disent que l’explosion de la demande d’or physique en Asie, au Moyen Orient et aux USA est un phénomène ponctuel qui ne pourra pas se reproduire, je dirais la même chose des sorties d’or des ETFs, qui sont principalement le fait de hedge funds suiveurs de tendance et d’investisseurs paniqués. Ces ventes d’or ETFs sont un phénomène dicté par la recherche urgente du rendement par les institutionnels et la panique chez les investisseurs devant un prix en forte baisse.

Les ETFs ont participé à la hausse du prix ces dernières années et l’arme est à double tranchant en cas de retournement. Mais depuis ce qui s’est passé à Chypre, les sorties des ETFs sur l’or pourraient aussi être dictées en partie par le besoin de sortir du système bancaire et se tourner vers le physique portable, comme les pièces d’or et les petits lingots. L’explosion de la demande de pièces d’or et d’argent aux USA en avril laisse songeuse : + 950% ! A noter que le prix des diamants augmente régulièrement, tout comme les prix de vente dans le marché de l’art, l’immobilier et les terres agricoles dans certains pays, qui sont des autres possibilités pour sortir du système bancaire. L’or et l’argent métal sont les valeurs refuges par excellence et curieusement les plus attaquées par les banques ces derniers mois. Je vois ces interventions sur le marché de l’or comme des actes désespérés qui trahissent en réalité les prémisses d’une perte de contrôle des marchés par la Fed, et l’entrée dans une grande crise monétaire.

Une comparaison avec ce qui s’est passé durant les années 70 est utile. Lorsque le prix est passé de $200 à $100 entre 1975 et 1976, les banques devaient sans doute dire les mêmes choses qu’aujourd’hui et le sentiment des investisseurs qui avaient perdu 50% en achetant à $200 devait être très négatif en 1976 ! Pourtant, le prix s’est accordé une vengeance de 750% depuis le creux de 1976, en un peu plus de 3 ans seulement ! Quant aux minières, l’ampleur de la correction actuelle arrive au point bas de toutes les grandes corrections passées depuis 1939, comme vous pouvez le voir sur le graphique joint. Le ratio actions de mines d’or/prix de l’or ou Barron’s Gold Mining Index/Gold est arrivé à un plus bas de 70 ans (page 48 de l’étude), et exprime tout le dégoût et la haine des investisseurs à l’égard de ce secteur. Les achats d’actions par les initiés de ces sociétés ont atteint un record (page 50). Ils achetaient déjà lorsque l’or faisait un plateau vers les $1600, donc visiblement ils n’avaient pas anticipé non plus le krach de ce printemps. Je le disais en début d’année, avoir recommandé ce secteur en parallèle avec l’or physique a été ma plus grande erreur, car les mines ont sous-performé l’or depuis 2004 ! A présent, ce secteur est tellement massacré qu’un rebond de style post krach 2008 est tout à fait possible et pourrait même produire des rendements impressionnants dans les 3 années à venir, ceci d’autant plus facilement que l’or pourrait entrer dans une nouvelle phase de hausse explosive durant cette période. Ceux qui sont restés sur les mines jusqu’ici feraient bien de ne pas lâcher la bride ! Le meilleur est sans doute pour la fin…

J’ai recommandé l’or depuis 2005 sur le web et j’ai écrit un livre en été 2007 lorsque le prix de l’or ne valait que $650, parce que les fondamentaux de l’or étaient incroyablement haussiers pour les années suivantes. Aujourd’hui à $1200, je répète le même message, parce que les fondamentaux sont toujours aussi haussiers et beaucoup plus encore que durant les années 70. Le marché baissier intermédiaire que l’on a vécu depuis 21 mois s’apparente à celui qui avait interrompu le marché haussier des années 70, mais devrait être proche de son creux final. A moins que les banques qui interviennent dans ce marché depuis le mois d’octobre 2012 ne décident d’asséner un dernier coup avant de renverser leurs positions. Je n’ai pas de boule de cristal pour cela. Ceux qui sont sortis juste avant le krach passent pour des génies aujourd’hui, je pense qu’ils ont simplement eu beaucoup de chance et j’ai beaucoup de doutes qu’ils vont parvenir à répliquer cette performance dans les années à venir, car le trading du marché de l’or va devenir de plus en plus difficile. La volatilité va encore augmenter et le prix pourra grimper de plusieurs centaines de dollars en un seul jour, laissant derrière lui une horde de traders désemparés.

Que l’on ait subi l’intervention d’un groupe de banques ou non, la prise de conscience que 1) la croissance de l’économie US est plus faible que prévue, 2) elle ne peut pas se passer de QE et 3) les dettes souveraines vont poser problème avec un niveau si faible de croissance, devrait amener les vendeurs à découvert sur l’or à racheter leurs positions. Comme ces spéculateurs ont pris des positions short massives, cela devrait amener le prix de l’or assez vite aux alentours des $1600. Après une période de consolidation, nous devrions entamer une nouvelle phase de hausse beaucoup plus rapide que les précédentes. Je pense qu’à ce moment-là nous entrerons dans la fameuse phase 3 de ce marché haussier.

P.S. : L’étude « In Gold We Trust » donne plusieurs prix de l’or possible en fonction de l’évolution du bilan de la Fed. Personnellement, je trouve que ce n’est pas la bonne façon de procéder, et qu’il faudrait se baser sur l’agrégat monétaire plus large M3. J’ai montré qu’en 1980 l’or couvrait 10% de M3, et que c’est cette couverture qui serait visée dans un premier temps si l’or devait servir d’extincteur au système monétaire. Selon eux, le prix de l’or dépend de la couverture de la base monétaire M0, donc du bilan de la Fed et de son programme QE. Les QE peuvent accélérer, continuer, stabiliser ou décroître et cela leur donne 4 scénarios possibles pour le prix de l’or, avec des probabilités respectives, selon eux, de 15%, 30%, 30% et 15%. Ils donnent ensuite des probabilités pour le taux de couverture de MO, selon qu’elle se situe entre 100% (remonétisation) et 4% (démonétisation), et ils arrivent au graphique de la page 44, qui donne un prix moyen de long terme de $2230.

Je ne suis pas du tout d’accord avec leur raisonnement, d’ailleurs le comportement du prix de l’or durant les années 70 montre que la couverture or de la base monétaire M0 pouvait grimper jusqu’à 160% (voir page 41) et sortir complètement de leur tableau de probabilités ! M3 vaut aujourd’hui $15'000 milliards, et si elle devait être couverte par 10% d’or, le prix de l’or devrait valoir $5'735, ce qui correspond à couvrir 50% de M0 par l’or de la Fed.

Léonard SARTONI


Pièces jointes:
corrections passées sur les minières.png
corrections passées sur les minières.png [ 104.2 Kio | Consulté 3529 fois ]
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: LEONARD SARTONI *2013*
MessagePublié: 01 Juil 2013 11:38 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 26 Mar 2010 22:57
Messages: 9705
merci pour le partage Platinium et Monsieur SARTONI

je note :
Citer:
M3 vaut aujourd’hui $15'000 milliards, et si elle devait être couverte par 10% d’or, le prix de l’or devrait valoir $5'735, ce qui correspond à couvrir 50% de M0 par l’or de la Fed.


ah bon la FED détient encore de l'or ? Qu'est ce qui le prouve ? :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 499 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38 ... 50  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 74 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
Powered by phpBB2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr



Vendre des bijoux ou de l'or sur oravendre.com



Pensez à Amazon pour vos achats